Passion poterie ... simplement

14 juin 2017

Retour des tableaux en céramique en Gare de Tours

La gare de Tours est décorée par 18 tableaux de 1,20m de large sur 2,10m de haut (certains en comptent 120 de 15cm sur 15, les autres 112 de 16cm sur 10 pour des créations faisant au total 2m30 de haut sur 1m30 de large), en carreaux de céramique peinte en couleur et émaillée, sont en grande partie l’œuvre du célèbre artiste Eugène Martial SIMAS.

ceramiques_gare_de_tours__3_

Ces tableaux, marqueurs de la Belle Époque et évocateurs d’une « invitation au voyage » pour de prometteuses destinations ferroviaires, datent de 1898 et proviennent de deux manufactures différentes. À l’est (côté buffet de la gare), les panneaux ont été produits par la manufacture Sarreguemines-Digoin. La manufacture Janin et Guérineau a produit ceux de l’Ouest (côté Espace de Ventes et vestibule de liaison avec la rue de Nantes et la nouvelle station de tramway).

ceramique17

Un diagnostic en 2013 a conclu que l’état de conservation de ces tableaux de plus de 120 ans était jugé très préoccupant. Dans un premier temps, retrait des carreaux des tableaux un à un de haut en bas. Le temps, la pollution, la circulation des trains, ont particulièrement dégradé les céramiques. Mais, le pire, du sel s’était intégré dans la céramique entraînant des cassures. Il a donc fallu désaler l’ensemble des carreaux en les plongeant dans des bains pendant 2 à 3 jours.

Une fois cette première opération réalisée, il a fallu réparer les carreaux, les recoloriser mais aussi reconstituer les carreaux manquants (jusqu’à 9 pour Cahors par exemple) en faisant un travail de recherche. Désormais remis en place, les tableaux devraient pouvoir tenir « au moins 50 à 60 ans » avant de nouvelles interventions selon la restauratrice, l'Orléanaise Annie Volka et cinq autres restaurateurs.

L’association Patrimoine –Environnement, en partenariat avec Gares & Connexions, a lancé un appel à contribution pour la restauration de ces œuvres exceptionnelles via le site ULULE.FR. Cette initiative m’a intéressé, si bien que je fais partie des donateurs.

Les_voyageurs_retrouvent_les_ceramiques_restaurees_image_article_largeC’était hier, 13 juin, le vernissage.

Voir aussi : https://www.youtube.com/watch?v=q1ISH81wIGw

Posté par seanpotter à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 février 2017

Terre et lave

Il y a quelque temps, j'avais rencontré des potiers qui mélangeaient de la lave avec de la terre, ce qui faisait des poteries plutôt originales en couleur et granulométrie.

En nous promenant, nous sommes tombés sur une colline de lave et j'en ai ramené un seau pour faire des essais.

Voilà le résultat. Tout d'abord le test :

PICT0001Et après cuisson à 1260°C, la lave s'est liquéfiée :

PICT0007Maintenant, il va falloir trouver un projet pour aller plus loin.

A suivre ...

Posté par seanpotter à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2017

J'ai frisé la catastrophe

Il y a des jours où on oublie d'être vigilant à ce qu'on fait.

Pour mon dernier four, j'ai mis une pièce qui n'était sèche qu'en apparence. Que pensez-vous qu'il se soit passé ? Elle a explosé. Heureusement, c'était de la terre papier et ça n'a rien endommagé. Mais j'ai eu un haut-le-coeur en ouvrant le four !!!

PICT0001

Posté par seanpotter à 12:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 janvier 2017

Vase à ailettes

L'idée m'est venue alors que je préparais un gabarit pour faire une poterie à la corde (toujours pas faite d'ailleurs !!!).

La forme m'a plu, elle vient d'un vase gallo-romain. J'ai utilisé de la terre CF441N de chez Ceradel et, comme je n'ai pas émaillé, j'ai passé du vitrificateur transparent.

PICT0004

PICT0003

PICT0001

Posté par seanpotter à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2016

Adam et Eve

Tout à commencé par une promenade d'hiver dans les vignes avec mon chien, lorsque j'ai trouvé 2 cailloux aux formes bizarres :

PICT0003

PICT0004

Ils ressemblaient, à s'y méprendre, à deux têtes. Mais qu'en faire ? L'idée me vint de faire des personnages.

WP_20151012_001

WP_20151012_002

Rien d'original. Comment les finir ? J'avais gardé un morceau de bois de forme torturée. L'idée fit son chemin et je décidais de mélanger : céramique pour le corps, pierre pour la tête, fer pour les mains et bois pour ... le serpent !!!

Adan et Eve étaient nés :

PICT0001

Comme quoi, la poterie, ce n'est pas que de la terre.

Posté par seanpotter à 17:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]


17 janvier 2016

Plante séchée

C'était l'automne, et j'ai eu une idée saugrenue : pourquoi ne pas transformer une planté séche en céramique ?

Plante_s_che

Je l'ai donc trempé dans de l'argile de coulage, plusieurs fois. Mais j'ai constaté qu'à chaque trempage, la tige se fragmentait.

J'ai essayé de raccorder les fragments, rien n'y a fait. Mais j'ai quand même cuit pour voir ce que ça donnait :

WP_20160117_001

WP_20160117_005

En fait, ça n'a rien donné du tout, tout a continué à se fragmenter et, en cuisant, la partie organique à brulé si bien que, la tige s'est transformée en une succession de jolis petits tuyaux troués !!!

Le problème vient du fait qu'en séchant, l'argile se rétracte sur la tige de la plante qui elle ne se rétracte pas, ça crée des tensions d'où les fissures, c.q.f.d. !!!

Bon, si quelqu'un a des idées, je suis preneur.

Posté par seanpotter à 12:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 avril 2014

Moulage amphore

Bonsoir,

Ca faisait longtemps que je n'avais pratiqué. Jusqu'à ce que ma fille me demande de lui faire une décoration pour son mariage ! Pourquoi pas ? Sauf qu'il s'agit de faire plus d'une centaine de petites amphores ...

Comme son fiancé qui est archéologue (tout comme elle d'ailleurs) est spécialiste d'amphore, je ne pouvais pas faire n'importe quoi !

Donc ils m'ont envoyé la photo d'une amphore à reproduire. Comme je ne tourne pas, comment faire ? J'ai essayé de modeler sans succès : résultats décevant !

J'ai alors contacté une personne qui tourne le bois et je lui ai demandé de me tourner une amphore de 14cm de haut (avec la réduction au séchage et à la cuisson, ça devrait faire entre 11 et 12cm j'espère), sans les anses :

DSC_0131

Puis j'ai préparé mes moules et y mettre aussi les anses (pour cela de la gaine électrique; ce n'est pas beau, voir ci-dessous, mais ça a marché). Je dis "mes" car, vu la quantité et le délais, le mieux était d'en avoir plusieurs. La grange n'étant pas isolée, il m'a fallu jouer avec le temps et la météo. Bref, ça ma pris 1 mois pour fabriquer 5 moules. N'étant pas expert, le résultat n'est pas terrible :

Vue de dessus, avec les détrompeurs

DSC_0008

Dans la boîte avant coulage du plâtre

Comme ça, ça semble bien, mais : finition pas terrible; quant à la limite entre les 2 parties du moule, ça laisse à désirer, on ne peut par dire que c'est franchement droit !

DSC_0132-2

DSC_0136-2

Qu'est-ce que ça allait donner ? J'ai acheté de la terre de coulage GC304B chez Ceradel. J'ai préparé mon coulage. Mais, questions : combien de temps laisser le coulage dans le moule : 10 minutes, 1 heure, 2 heures ou plus ? Combien de temps laisser prendre le coulage : 1 heure, 1/2 journée, 1 journée ?

Quelques questions sur divers forums m'ont donné la réponse suivante à la Fernand Raynaud : ça dépend, ça prend un certain temps ! Avec ça ... va te faire une idée !

Ayant préparé 5 moules, j'ai donc procédé comme suit : moule 1 = 30 minutes, moule 2 = 1 heure, moules 3 et 4 = 2 heures, moule 5 = 3 heures. Avec ces différents temps, j'avais différentes épaisseurs. Finalement, au vu des résultats, j'ai opté pour 1 heure :

DSC_0132

DSC_0134

DSC_0136

DSC_0138

Finalement, malgré les formes "catastrophiques" de mes moules, le résultat n'est pas si mal que ça. Après démoulage, il faut retirer les surplus, affiner la forme des anses, et adoucir le tout en passant avec soin une éponge humide.

Ce qui donne :

DSC_0140

DSC_0141

 

WP_20140215_001

Il ne reste plus qu'à cuire. Question : est-ce que je fais une monocuisson (je n'ai pas de courbe !!!) ou une double cuisson, sachant que je n'émaillerai pas mes amphores, elles resteront brutes ? Merci de vos conseils.

Conclusions:

1° même si vos moules n'ont pas un look terrible, ça marche quand même (mais les puristes n'apprécieront pas forcément).

2° à température intérieur de 20°C, laisser le coulage 1 heure dans le moule donne une épaisseur correcte

3° démouler après 1/2 ou 1 journée ne change pas grand chose car le moule garde l'objet dans une certaine humidité

4° une fois démoulé, on nettoie le moule et on peut le ré-utiliser qelques heures après (par contre, faire un break de temps en temps pour éviter que le moule ne devienne trop humide).

A votre tour d'essayer. Kenavo, Sean

 

Dernières nouvelles : j'ai fini mes 110 amphores (on a réduit le nombre). Il m'a fallut faire 4 fours : 2 biscuits (c'est fini) et 2 cuissons finales.

DSC_0004

Et voilà le résultat ultime : la plus grosse partie des amphores a servi à indiquer les places des convives, pendant que les autres garnissaient les "aquariums".

DSC_0603

Posté par seanpotter à 13:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 avril 2013

Les secrets de la porcelaine "bleu et blanc"

Bonjour,

Comme vous avez pu le constater, le blog est en rade depuis ... 2 ans. Explication : nous sommes rentrés en France et dans notre maison, je n'ai pas d'alimentation électrique assez puissante pour brancher le four !!! Donc nous attendons que les travaux de la grange soient finis pour nous y remettre, mais ça démange !!!!

En attendant, un peu d'histoire.

Au cours de l'ère Honghzi (1488-1506), la découverte 'importants gisements de kaolin à une trentaine de kilomètres de Zingdezhen, petite ville de la province de Jianxi, révolutionne les procédés de fabrication de la porcelaine chinoise dont la qualité deviendra difficilement égalable. Certaines porcelaines nécessitaient l'intervention de 72 ouvriers différents. Sous la dynastie des Mings, sa réputation est telle que la porcelaine est exportée par bateaux entiers dans toute l'Asie Orientale, le Moyen-Orient et même l'Afrique de l'Est.

C'est une mixture obtenue d'un mélange de kaolin (fine argile blanche infusible portant le nom de la colline d'où on l'extrait, Gaoling) et de pétuntsé (variété de feldspath) qui sert de base à la fabrication de la porcelaine chinoise. Ce mélange est ensuite placé dans des fosses et exposé aux intempéries pendant plusieurs années. Le pourrissement obtenu par la décomposition des matières organiques rend l'argile plus plastique. Longuement travaillée, la pâte peut être tournée ou moulée. Au coirs de la cuisson à 1350°C environ, le pétuntsé fond et constitue une sorte de ciment qui enrobe les particules du kaolin. Cette porcelaine dure et sonore, appelée quingbai, sort des fours très blanche, voire translucide. Très vite, un décor peint en bleu sera appliqué sur ces supports unis et donnera son nom à un nouvau style appelé "bleu et blanc".

La peinture demande une certaine habileté de l'artiste qui dessine directement sur le corps cru à l'aide d'un pinceau plongé dans un colorant à base d'oxyde de cobalt. D'apparence grisatre au moment de l'application, la couleur vire au bleu lors de la cuisson. Ensuite, l'ensemble de l'objet est revêtu d'une couverte qui rend le dessin inaltérable.

index

(source, revue Archéologia)

Posté par seanpotter à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2011

Essais de plaques / carreaux

Comme j'avais la flemme de faire des carreaux moi-même, j'ai récupéré des carreaux industriels. J'y ai passé de l'oxyde pour faire des motifs et j'ai cuit le tout à 1260°C comme je fais d'habitude. J'ai un carreau finition matte (le grand) et un autre brillant (le petit). Quant au décor, j'ai fait n'importe quoi (pas la peine de perdre du temps à peaufiner si le résultat est nul).

Au moins si ça marche, ça m'évite de faire mes carreaux moi-même avec tous les inconvénients : gauchissement, forme mal maîtrisée, dimensions incontrôlées, ...

Résutat : ça n'a pas marché. Le petit carreau s'est déformé et l'émail à fondu.

PICT0003

Quant au grand, il s'est déformé et boursouflé : 1) le carreau, 2) gros plan, 3) le dos.

PICT0004PICT0001PICT0005

A moins qu'on considère que de faire un carreau boursouflé, c'est le l'art (mais j'en doute).

Conclusion : mieux vaut faire ses carreaux soi-même que d'utiliser des carreaux industriels car, les process de fabrication sont très différents et la résultat décevant. Et ça fait un four perdu !!! A moins de les cuire à une autre température. Mais à mon avis, ça ne vaut pas le coup !

Kenavo, Sean

PS : si quelqu'un a une expérience positive, merci de la partager.

Posté par seanpotter à 14:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 avril 2011

Paper clay ou argile cellulosique - 2

Deuxème expérience de paper clay, avec 2 bons résultats sur 3. Ce qui va me permettre de vous expliquer ce qu'il ne faut pas faire.

1°) Un panier

Le paper clay a cet avantage de très bien se tenir et de pouvoir travailler de faible épaisseur. Sur la base du livre excellent de Liliane Tardio-Brise, alléché par son exemple de la page 66, je me suis lancé dans un panier (sans trop y croire, avouons-le). Voilà étape par étape.

Tout d'abord on étale la terre et on la réduit à une plaque de 2mm d'épaisseur (à gauche). Puis j'ai découpé des lanières de 1cm de large (à droite) :

PICT0001aPICT0003

J'ai préparé une bassine avec une feuille de papier journal humide (à gauche) et j'ai posé mes lanières en les entrecroisant (à droite). Grâce aux fibres de cellulose, ça se travaille très bien, on peut plier la lanière. A chaque jonction je mets de la barbotine cellulosique pour coller.

PICT0004PICT0005

Une fois fini, ça donne ça (oubliez la poignée, trop fragile elle a disparu). Après biscuitage (étape critique car on se demande si ça ne va pas casser) :

PICT0007PICT0004_2ss

Il ne reste plus qu'à émailler en espérant (encore) que l'objet va supporter la cuisson. Et voilà le résultat :

PICT0004_2aPICT0013a

2°) Deux vases.

Même chose, mais en photos:

PICT0002aPICT0003aPICT0004aPICT0006a

PICT0007aPICT0001_2aPICT0002_2a

Là j'étais content. Le biscuitage s'est bien passé. Mais en émaillant, j'ai oublié que le papier avait brûlé et qu'il ne restait plus que l'argile. Et de l'argile de 2mm d'épaisseur, c'est fragile. Si bien qu'en le trempant dans la glaçure avec une pince ... j'ai cassé le col (j'en ai profité pour faire des essais de glaçure). Voilà donc le résultat :

PICT0008_2aPICT0009_2a

Conclusion : ça reste fragile. Autre chose, ne pas mettre trop d'émail car ça fragilise le pot (car en plus il est fendu à la base !).

Par contre cet autre vase a bien résisté :

PICT0001_2PICT0003_2a

Kenavo, Sean

Posté par seanpotter à 18:19 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,